Chauveau-Lagarde avocat de Marie-Antoinette, un défenseur au Tribunal révolutionnaire

5 septembre 2018  > 16 octobre 2018 Exposition

Venez visiter l'exposition temporaire "Chauveau-Lagarde avocat de Marie-Antoinette, un défenseur au Tribunal révolutionnaire" à la Chapelle Expiatoire à Paris ! 

Autour de l’œuvre de Césarine Davin-Mirvault (1773-1844), Portrait de trois-quarts de maître Chauveau-Lagarde, un ensemble documentaire (manuscrits, imprimés, œuvres graphiques et numismatiques) permet de contextualiser l’action de l’avocat, du Tribunal révolutionnaire à la Restauration.

 

 

Claude-François Chauveau-Lagarde est âgé de 33 ans en 1789 lorsqu’éclate la Révolution. Ouvert aux idées nouvelles, il est pris dans la tourmente des événements qui le conduisent sur les bancs du Tribunal révolutionnaire en tant que « défenseur officieux ».

Le visiteur est invité à suivre le parcours de cet avocat, personnage parfois ambigu, qui a traversé cette époque mouvementé tout en restant fidèle à son idéal de justice et de liberté. 

Le 14 octobre 1793, il est commis d'office, au procès de la reine Marie-Antoinette mais il plaide aussi en faveur de plusieurs grandes personnalités de son temps : le général Miranda (aide de camp de Dumouriez) Charlotte Corday, les députés Girondins, Madame Élisabeth (sœur de Louis XVI)…

Incarcéré pendant plusieurs mois sous la Terreur, il est libéré après le 9-Thermidor et poursuit son engagement comme défenseur. Distingué sous la Restauration pour avoir été le défenseur de la Reine, il continue à plaider en faveur de causes politiques. Il défend ainsi Cyrille Bissette, condamné pour avoir pris position contre l'esclavage en Martinique. Nommé président de l'ordre des avocats au Conseil puis conseiller à la Cour de cassation, il meurt le 19 février 1841.

Son épitaphe au cimetière du Montparnasse porte sobrement : « Ci-gît Chauveau-Lagarde, avocat de la Reine au procès de 1793. »

  

Cette exposition est réalisée avec le soutien de l’ordre des avocats au Conseil, du cabinet Cohen Amir-Aslani, de Maître Bertrand Lionel-Marie, avocat, de Maître Grégoire Gauger, avocat, de la maison Forget-Brimont (Champagne), de la maison Veuve Capet (Vodka).